Cela fait maintenant 4 mois que je vagabonde à travers la Bolivie. Pendant ces 4 mois j’ai pu découvrir des endroits fabuleux : le Salar d’Uyuni, la ville minière de Potosi, la ville blanche de Sucre, la douceur de Samaipata, l’ambiance amazonienne de Trinidad …

Mais si je ne devais retenir qu’un endroit, ou plutôt sortir un nom parmi tout ceux que j’ai vu, ce serait peut être celui du petit village de Coroico.

Comment s’y rendre ? On peut y aller de deux manières différentes. La première : par la nouvelle route, classique, en voiture, cela dure environ 2h30 et tout ce passe bien. Ou bien descendre à vélo l’ancienne route, aujourd’hui fermée car trop dangereuse.

C’est comme ça que je me suis retrouvé, un matin, équipé de mon casque, mes genouillères et mon vélo près à dévaler cette « route de la mort ». Pendant toute une journée j’ai traversé des paysages fantastiques parfois à plus de 50km/h,  parfois à quelques centimètres du vide. Sillonnant ces routes boueuses et dangereuses à travers une nature sauvage et dense.

C’est ainsi qu’après 5h de descente, passant de 4 750 m  à 1 200 m d’altitude, je dévale la route la plus dangereuse du monde presque avec prudence.

A l’arrivée, sur une petite colline, nous découvrons le village de Coroico. Dominant sa vallée, dans une ambiance paisible et reposante.

C’est donc là que j’ai décidé de poser ma tente, en compagnie de Violette et Damien un couple de toulonnais rencontré au Refuge d’Animaux. Profitant du panorama incroyable et de cette douce ambiance. Au programme : quelques balades, repos, jeu de carte, repos, jeu de dés, bouffe, repos… Mais surtout : profiter de ce que peux nous offrir la nature, c’est à dire un spectacle sauvage et sensationnel.

 

Comme perdu dans l’espace et dans le temps, je ne sais même pas combien de temps j’y suis resté pour profiter de ce bol d’air pur.

 

Cédric

 639 total views,  6 views today

Galerie photos n°23 : Coroico, la pépite bolivienne
Étiqueté avec :                        

2 avis sur « Galerie photos n°23 : Coroico, la pépite bolivienne »

  • 4 décembre 2018 à 9 h 04 min
    Permalien

    Pour avoir entrevu Coroico, je reconnais l’ambiance tout à fait magique de ce lieu. En t’y ancrant un peu, tu as vraiment dû te régaler (Le cliché final fait vraiment rêver). Profite de cette nature ample et sauvage, je crois que c’est assez unique.

    Répondre
  • 4 décembre 2018 à 13 h 05 min
    Permalien

    À couper le souffle……….😀

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *