48h de voyage entre Montpellier et Buenos Aires c’est long, trèèèès long, alors pour tuer le temps on a décidé d’écrire un petit poème :

C’est en ce vendredi,

Qu’ils partirent ravis

La tête pleine d’envies

S’éloignant de leurs soucis

Et de leurs mamans aussi !

Avant de côtoyer les cumulus,

C’est vers l’Espagne, en bus,

Et non chez les Russes,

Bien qu’ils le pussent,

Qu’ils prirent l’Airbus

C’est chez les Anglais

Sans même prendre le thé,

Qu’ils durent patienter,

Avant de décoller

Pour enfin prendre leur pied !

Bien avant la nuit, ils combattirent l’ennui

En écrivant de la poésie

Somme toute un peu moisie

Le temps est long et moribond,

Il se déforme et s’étire pour nos vagabonds

Qui attendent inexorablement leur avion

Quand ils se retrouvèrent

Pendant de longues heures, ils errèrent,

Avant d’arriver à Buenos Aires

 

Le squat aux aéroports de Barcelone et Londres

 

 615 total views,  1 views today

Tuer le temps
Étiqueté avec :            

3 avis sur « Tuer le temps »

  • 27 février 2018 à 18 h 03 min
    Permalien

    Mais vous etes passés à Motus, je vous reconnais ! Vous etes d’une splendeur, surtout le petit blond frisé avec ses airs de canaille. Je t’attends mon coquin. Allez, vite à califourchon!

    Xoxo.

    Répondre
  • 28 février 2018 à 7 h 58 min
    Permalien

    🤔😂😂quels poètes !!!
    😘

    Répondre
  • 2 mars 2018 à 9 h 34 min
    Permalien

    Cédric, vu tes talents de poète tu es dans l’obligation de nous faire vivre votre aventure en poésie

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *